VERTU DU MOIS

le 23/01/2017 à 10h41

LA PURETE DE CŒUR

Ce mois de Janvier 2016, nous sommes invités à réfléchir et à méditer sur la vertu de la pureté de cœur.

La pureté de cœur, selon le Père LOUIS LALLEMANT[1], « consiste à n’avoir rien dans le cœur, qui ne soit tant soit peu contraire à Dieu et à l’opération de la grâce »[2]

En effet, Dieu en créant l’homme et la femme voudrait disposer entièrement de leur cœur et de leur âme pour pouvoir y agir pleinement,  c’est – à – dire, y manifester sa bonté, son amour. Cependant ce qui fait obstacle à cette action de grâce de Dieu en l’être humain, ce sont ces souillures. Les souillures sont l’ensemble des actes et des pensées contraire à l’humilité, c’est – à – dire les actes d’orgueils. Et provenant directement de son cœur, ils le souillent.

Pour les religieux, la pureté de cœur est d’une importance capitale, car comme tout chrétien c’est – à – dire, enfant de Dieu, le religieux est appelé à la sainteté, à la perfection. Sa vie doit être une aspiration perpétuelle à la perfection. Selon le P. Louis Lallemant, le premier moyen pour y parvenir, c’est la pureté de cœur. Oui elle est la voie la plus courte et la plus sûre, la voie qui nous unit à Dieu.

En réalité, la pureté de cœur est plus qu’une vertu, car selon le P. Louis Lallemant, « le démon nous laissera faire quelques actes extérieurs de vertu, nous accuser en public de nos fautes, servir à la cuisine, aller aux hôpitaux et aux prisons, parce que nous nous contenterons quelquefois en cela , et que cela sert à nous flatter et à empêcher les remords intérieurs de la conscience ; mais il ne peut souffrir que nous jetions les yeux sur notre cœur, que nous l’examinions les désordres et que nous nous appliquions à les corriger »[3].

En tant que baptisés, nous avons besoin de nous exercer à cette grande vertu pour avoir une base spirituelle solide pour pouvoir tenir durant les combats sous l’étendard de la Croix du Christ. A cet effet, deux exercices fondamentaux nous sont très nécessaires. Il s’agit de l’oraison et de l’examen de conscience. L’oraison nous met en contact direct avec Dieu par son Fils et nous unit à Lui. Quant aux examens de conscience, ils purifient la conscience. Or, selon JANVAN Ruubroec[4], « la base de toute sainteté est la pureté de conscience ».

Chers amis dans le Seigneur, cette vertu se veut  une invitation à la diligence dans les exercices quotidiens des oraisons et des examens de conscience, et ainsi nous pourrons parvenir comme Saint Ignace le dit à une « union à Dieu et Seigneur et une grande familiarité avec Lui »[5].

 

 

GBADJOLBE DEFAING Noël, n.SJ.



[1] Louis Lallemant, pretre jesuite, né le 1?? novembre 1588 à Châlons-sur-Marne et décédé le 5 avril 1635 à Bourges, est un prêtre jésuite et théologien françai

[2] Père LOUIS LALLEMANT, la Vie et la Doctrine Spirituelle du Père Louis Lallemant de la Compagnie de Jésus, Desclée de Brouwer, Collection Christus n°3, p. 139, Chapitre premier, sa Nature et ses propriétés, Article 1, En quoi consiste la pureté de cœur.

[3] Ibdem, p. 141, Article 2 : Combien la pureté de cœur nous est nécessaire, § 4

[4] Jan van Ruusbroec, (religieux), latinisé en Iohannes Rusbroquius, francisé en Jean de Ruisbroeck, est un clerc brabançon né en 1293, peut-être dans le village de Ruisbroek non loin de Bruxelles et mort en 1381 à Groenendael, situé également dans le Brabant.

[5] Constitutions de la Compagnie de Jésus, Neuvième partie, Chapitre 2, n° 723, § 1

 

Retour à la Liste des Articles